Le Café Littéraire luxovien
/Rencontre avec un écrivain (
3)

 

Dernière mise à jour : 11 juin 2017   

 

 

 

 

 


Michel Devaux à Luxeuil / Photo: M-F. G

Michel Devaux
était l'invité du
 Café Littéraire luxovien, 
 l'après-midi du 19 mai 2017, 
au Centre Social Saint Exupéry
Tour Messier
1 rue Salvador Allende à Luxeuil

      par Marie-Françoise:

      Venu de Pont-de-Roide, commune située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté où il est né et où, après des études, une vie professionnelle et des voyages qui l'en ont éloigné, il réside à nouveau, Michel Devaux, jeune septuagénaire, présentait ses derniers livres et discutait avec les lecteurs du Café littéraire luxovien.

      Depuis l'enfance il a le souci de découvrir et de comprendre le monde qui l'entoure, s'intéresse aux sciences, à l'astronomie. Aussi, c'est tout naturellement que ses études le portèrent dans le domaine scientifique de l'électrotechnique où il mena une carrière d'enseignant. D'autre part, une aisance certaine acquise en français l'amena, sur la suggestion de quelques amis auxquels, passionné, il racontait les observations et découvertes troublantes (et jusqu'aux plus récentes) qui suscitent des interrogations encore sans réponses à ce jour sur les sciences, la nature, la physique quantique, l'univers, à les écrire.

      Dans ses ouvrages, Michel Devaux s'attache par des exemples simples et concrets, des analogies, à sensibiliser le lecteur non initié à ces sujets complexes. On reconnaît le souci pédagogique de l'enseignant qu'il fut, il y glisse des pointes d'humour et d'ironie tranquille, une certaine poésie, de la philosophie, qui les rendent faciles et agréables à lire, suscitent l'intérêt. 

      Ainsi, en 1992, il fit paraître son premier titre: "Silence, l'Univers nous observe". Qui sera suivi de bien d'autres: "Un lagon de Sagesse"(1998), "Une nuit, l'Eternité - Entretien avec Jean-marie Choffat (2000), "Raconte-moi, l'Ami"(2002), "Coccinelle et secret du ciel"(2010), "Faux dires"(2011), "Parfois comme un rêve"(2014)... et le petit dernier: "Un univers à votre image, rencontre avec les quanta" paru en février 2017.

     En fait, ce que Michel Devaux, d'une grande sagesse, d'un abord simple et affable, d'une grande patience aussi, recherche surtout, c'est le contact humain et les discussions suscitées autour de ses thèmes de prédilection lors des rencontres - dédicaces, insistant sur l'importance de l'observation et du questionnement face aux étrangetés de la nature, de l'univers qui nous entoure, et plus loin encore, des quanta dont l'univers est fait, dont "nous" sommes faits. Sans cependant dévoiler la réponse personnelle qu'il y apporte. C'est dans ses livres qu'il faut l'aller chercher.  

 


Michel Devaux au Café littéraire luxovien du 19 mai 2017  / Photo: M-F.G

 

Pour en donner une petite idée, voici quelques phrases qu'au cours des pages, dans 
"Un univers à votre image, rencontre avec les quanta" on peut lire:

      "Lorsque nous regardons le ciel, nous ne voyons ni le présent, ni l'avenir, mais seulement le passé. Un ciel à notre image."

      "Si l'on n'observe pas les quanta, ils se déguisent en onde. Si on les observe, ils se déguisent en corpuscule. Un univers microscopique fait d'apparences.
      La technologie utilisée, qu'elle que soit sa complexité, ne perturbe pas l'expérimentation. Seule notre décision d'observer, en fait, notre conscience, (en effet, le contrôle n'a aucun sens si personne n'est là pour contrôler ) interagit avec le domaine subatomique, déterminant ainsi son comportement.
      L'observation rend la matière visible."

      "Ainsi l'observation crée ce que nous appelons le réel, notre réel. À notre image!"

      "Dans la lointaine nuit cosmique, les photons savaient que la conscience allait émerger dans notre univers, qu'ils seraient observés dans le futur. Par nous-mêmes ou d'autres civilisations. Le futur à envoyé l'information dans les archives du passé : la lumière a pris l'apparence du corpuscule, délaissant sa parure d'onde. Elle s'est transformée en matière, créant ce que nous appelons le réel, notre réel."

      "Les couloirs du temps !... Vous avez sûrement quelques photos à la maison. (...) Celles des personnes qui vous sont chères et disparues. La vôtre aussi. (...) Une sauvegarde extraordinaire à été réalisée par la lumière. Ces fameux photons, ces étranges quanta venus de très loin, ont baigné leurs corps. Enveloppant aujourd'hui le vôtre, interférant et fabriquant des images qui, comme la réflexion d'un miroir, se propagent dans le milieu. Un milieu immense, parmi les étoiles, pendant des milliards et des milliards d'années. Des photos successives de vous-même, en ce moment et après votre mort, qui se répandent dans l'espace et le temps, dans... un univers à votre image!"

Dans "Parfois,comme un rêve", on lisait:

      L'orchidée a les couleurs de l'insecte qui va la féconder (...) "Je ne me pose plus la question du pourquoi et du comment de cette stratégie élaborée. Il en reste néanmoins une autre, plus subtile: comment cette orchidée « sait » que la guêpe se posera sur elle? Voilà une question embarrassante. À moins d'accepter l'existence d'une conscience dans la Nature..."

      "La terre est issue de gaz et de poussières cosmiques, une nébuleuse primitive; elle porte en elle les attributs de l'Univers. Quand l'Homme pose le pied pour la première fois sur la planète, son regard se tourne d'abord vers le ciel; car en lui, il porte aussi les attributs de l'Univers et son existence en dépend."

Dans "Une nuit, l'Éternité" on pouvait déjà lire:

      "Voilà ! Il suffisait d'y penser. Et la pensée est puissante, elle se matérialise!"

      "L'Homme se rappelle-t-il que la pensée est à l'origine d'une force, même dans ses inventions terrestres?"

      "Alors, le commencement que nous voudrions toucher nous échappe, parce qu'en fait, il n'y a ni commencement, ni fin de l'Univers."

      "De récentes découvertes en astronomie font penser que le chaos règne dans l'Univers. Mais avant qu'il ne paraisse complètement plongé dans la confusion, intervient alors un « attracteur étrange », donnant des ordres imprévus au sein du désordre... L'instabilité devient alors source d'organisation. L'Univers se construit en permanence, il est transcendant. Il est Cosmos dans l'Infini."

      "Si je vis sur un objet céleste isolé, sans aucun repère autour de moi, la notion de temps devient caduque. Sans référentiel, je n'ai pas d'âge.
      Le temps est donc intimement lié à la matière."

      "Dans l'inconscient terrestre, le futur existe déjà!"

      "Aujourd'hui, l'Homme de la Terre voit ce qu'il croit, et pas seulement l'inverse. Un jour viendra, où pour changer ce qu'il voit, il lui sera nécessaire de modifier ce qu'il croit."

 

 

 

Arnaud Friedmann
était l'invité du
 Café Littéraire luxovien, 
 l'après-midi du 21 avril 2017, 
au Centre Social Saint Exupéry
Tour Messier
1 rue Salvador Allende à Luxeuil

(lien vers la rencontre de 2014)

 

Arnaud Friedmann à Luxeuil - Photo: Marie-Françoise Godey
Arnaud Friedmann à Luxeuil / Photo: M-F. G

      par Marie-Françoise :

      Ce n'est pas la première fois que les membres du Café littéraire luxovien recevaient Arnaud Friedmann. Il leur avait présenté ses premiers romans lors d'une lecture rencontre en février 2014, peu avant d'effectuer une résidence d'écrivain à Charmes. 
      C'est, s'attachant à écrire à peu près un ouvrage par année, après avoir, entre 2014 et 2017, imaginé un roman où il est question d'une nonne (il avait failli, pour sa résidence d'écrivain, être hébergé dans un couvent non loin de Charmes) de laquelle le protagoniste/narrateur tombe amoureux (roman pour le moment en lecture et en attente de réponse de son éditeur), et avant d'en terminer un second ces jours derniers, qu'il venait ce 21 avril présenter son dernier recueil paru en septembre 2016 chez JC Lattès, intitulé
La vie secrète du fonctionnaire

      La vie secrète du fonctionnaire, consiste en dix portraits de fonctionnaires en quête de sens... et d'un peu de fantaisie. Si l'auteur a écrit sur ce sujet brûlant, c'est qu'il en connaît les arcanes pour avoir tenu de nombreux postes dans la fonction publique notamment travaillé dans le domaine de l'emploi, d'abord à Auxerre en tant que Conseiller ANPE, puis à Saint-Dié-Vosges comme directeur d'Agence Locale pour l'Emploi et directeur d'une Maison de l'Emploi. Il en a éprouvé certaines des joies et les difficultés qu'il prête à ses personnages. 
      Il est à noter que pour La vie secrète du fonctionnaire, Arnaud Friedmann vient de recevoir le 14 avril dernier le prix Louis Pergaud. Prix en rapport avec ce roman, puisque Louis Pergaud fut lui même fonctionnaire, dans l'instruction publique, et en évoque quelques-uns dans ses œuvres. 
      Le caractère convivial et détendu de la rencontre autour de la table du Centre Social Saint Exupéry avec les membres du Café littéraire luxovien a amené Arnaud à confier dans la conversation l'origine déclenchante de l'écriture de quelques-unes de ses nouvelles. Parfois une expérience par lui vécue, ou vécue par l'une ou l'autre personne de sa connaissance sur laquelle il a brodé, imaginé.  Nouvelles dans certaines desquelles l'un ou l'autre fonctionnaire pourrait se reconnaître, tant elles semblent vraies, coller à la réalité. 
      L'auteur, s'attachant de façon vivante et plaisante à émailler ses propos d'anecdotes personnelles, fit également quelques confidences sur l'aspect éditorial de la publication du livre. Sur l'édition des dix nouvelles, un choix parmi les vingt qu'il avait proposées à son éditeur
à cause des "dix commandements du fonctionnaire" qu'il fallait respecter et dont chacune est une illustration. Sur leur ordre d'arrivée dans le livre. Et pourquoi la dernière, symbole de la mort du fonctionnaire. Sur le titre. Sur le choix de la photo de couverture et le symbole, encore un, qu'implique le plongeoir de la piscine aux eaux trop sombres, auquel sont agrippées les deux mains d'un fonctionnaire en détresse... 
      Sur les conseils de l'éditrice quant à l'insertion de documents, sous forme de circulaire officielle ou de courrier, qui précèdent chaque nouvelle, afin de mettre l'accent sur le caractère sclérosant de la fonction publique, la surenchère des réglementations, l'obsession statistique de leur hiérarchie, l'ambition... Car en elles mêmes, les nouvelles d'Arnaud Friedmann, ne présentent pas les fonctionnaires sous un jour totalement négatif, elles mettent le doigt sur leur vie privée qui taraude leurs pensées jusque dans leur travail, les poussent comme le dit la quatrième de couverture: "à l'occasion d'une rencontre ou d'un moment critique, à oser (ou rêver de) briser la routine, faire un pas de côté pour s'affranchir de la norme." 
      Enfin Arnaud évoqua les ateliers d'écriture qu'il a menés auprès de classes du collège de Charmes et du LEP de Luxeuil, et son regret du peu d'intérêt qu'il y a ressenti pour la littérature et les lacunes des élèves en orthographe...
      Lui, qui depuis tout enfant aime tellement lire, ce qui l'avait amené à imaginer et écrire des petites histoires dès l'âge de sept ans, puis son premier roman... après un premier amour malheureux de jeunesse. Eh oui! Arnaud à un fond romantique qui transsude dans ses œuvres. 
      Et puis, lui qui n'écrit qu'à l'ordinateur, parce qu'il ne sait pas se relire déplore-t-il, a bien dû se résoudre à dédicacer manuellement nombre d'ouvrages au public présent et conquis qui attend l'édition de ses prochains romans.

 

Arnaud Friedmann à Luxeuil - Photo: Marie-Françoise Godey
Arnaud Friedmann au Café littéraire luxovien du 21 avril 2017  / Photo: M-F.G


d'autres rencontres

 

Accueil Calendrier  /   Expositions  /  Lectures /
Rencontres  Auteurs
A propos
  / Entretiens  / Sorties / Goûterlivres